Commentaires fermés

L’APSQ interpelle le gouvernement Couillard dans le dossier de l’accessibilité aux rampes de mises à l’eau

association des pêcheurs sportifs du québec
Suite à la diffusion de l’émission La Facture du 13 octobre 2015 faisant état de la difficulté qu’ont les pêcheurs sportifs et les plaisanciers à trouver des rampes de mise à l’eau accessibles aux non-résidents et à coût raisonnable, l’Association des Pêcheurs Sportifs du Québec (APSQ) réitère sa demande au gouvernement de Philippe Couillard d’agir promptement afin de trouver une solution à ce problème grandissant.
Le désengagement de l’État dans la gestion des rampes de mise à l’eau des petits ports de plaisances fédéraux et l’acquisition de ces installations par les municipalités à la fin des années 90 et début 2000 ont mené à cette dérive. Le Fleuve St-Laurent est un axe de navigation majeur et il y a un manque criant d’accès à l’eau pour les pêcheurs et plaisanciers qui n’ont pas accès à des places en marina qui sont pleines à craquer.
Les pêcheurs sportifs se déplacent d’un secteur à l’autre selon les espèces de poissons ciblés et il est impensable de payer entre 300 $ et 600 $ à chacune des municipalités afin d’utiliser des installations qui ont été, pour la plupart, financées par tous les Canadiens afin d’accéder à une ressource qui fait partie du patrimoine de tous les Québécois.
Plusieurs pêcheurs sportifs et plaisanciers ont délaissé cette activité et sont passés à autre chose. L’impact économique est réel. Au cours des deux dernières années des concessionnaires majeurs ont fermé boutique (Fréchette Marine et fils, un gros joueur dans l’industrie du détail de bateau à fait faillite au début 2015, Summum Sport, anciennement Poliseno à Sainte-Marte-sur-le-Lac et Groupe Iberville Performance Marine inc.) Cet état de fait cause un tort à l’industrie du nautisme et une contraction des ventes dans le domaine de la pêche est à prévoir.
Le touriste nautique est en péril au Québec! L’Ontario et la Nouvelle Angleterre accueillent plusieurs pêcheurs et plaisanciers qui préfèrent y dépenser leur argent! Ils se déplacent vers les états du Vermont ou de New York sur le lac Champlain où il y a d’impressionnantes rampes de mise à l’eau gratuites.
Même s’il en coûte 30 % de plus aux États-Unis à cause de la dévaluation du dollar, le prix de l’essence est d’environ 0,90 $ / litre chez nos voisins du sud taux d’échange inclus. Un dollar aussi bas devrait inciter les Américains amateurs de nautisme à venir dépenser plus d’argent dans la région de Montréal, mais le manque de rampes de mise à l’eau et leurs coûts prohibitifs mettent un frein à leurs voyages de pêche.
Les membres de l’APSQ ont remarqué que les rampes de mise à l’eau de Varennes, de l’arrondissement Pointe-aux-Trembles à Montréal et de Repentigny dont les tarifs annuels sont de 500 $, 500 $ et 600 $ respectivement, ne sont presque pas utilisées les jours de semaines. Nous demandons donc aux maires et mairesses, conseillers et conseillères de faire preuve d’ouverture et de vision et de permettre l’accès aux visiteurs à leur rampe de mise à l’eau gratuitement les jours de semaine. L’APSQ recommande un partage équitable des installations en proposant aux villes de réserver des espaces pour leurs contribuables et d’en laisser quelques-unes pour les visiteurs et touristes.
À propos de l’APSQ
Fondée en mars 2009, l’Association des Pêcheurs Sportifs du Québec (APSQ) est une organisation sans but lucratif dont l’objectif est de défendre les droits des pêcheurs sportifs et de faire la promotion de cette merveilleuse activité. 

Source:
Stéphan Bourgeois Président
1-866-656-2777
sbourgeois@apsq.ca

Pas de mots clés

856 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Amis Facebook