Commentaires fermés

La loi sur les côte à côte

cote

Le côte à côte est un véhicule différent du quad aux yeux de la loi. Il est d’ailleurs régi par un arrêté ministériel concernant le projet-pilote relatif aux véhicules de type côte à côte (VCC). L’objectif est d’évaluer et d’expérimenter l’utilisation de ces véhicules imposants sur les sentiers quads pour recueillir des éléments sur sa pertinence et, le cas échéant, élaborer des normes minimales de conception et des règles de circulation sécuritaire.

L’autorisation de circuler dans les sentiers est laissée à l’appréciation de chaque club local. Plus de 110 clubs de quads acceptent les VCC. La liste se trouve sur le site de la FQCQ, dans l’onglet « Communiqués ».

Saviez-vous qu’un miroir à l’intérieur du véhicule et au centre de la partie supérieure avant de la cage de protection est obligatoire? Que l’âge minimum pour conduire est de 18 ans (contrairement au quad dont l’âge minimum est de 16 ans)?
loi-miroir

D’autres particularités s’appliquent : le moteur ne doit pas dépasser 1000 cc. Un passager doit pouvoir atteindre et tenir la poignée de maintien (obligatoire) sans avoir recours à un coussin ou autre ensemble de retenue. Attention à la taille des enfants avant de promettre une balade en sentier…

La largeur hors tout, excluant le rétroviseur, est d’au plus 1626 mm, soit 64 pouces. Cette largeur est respectable. Même si un club accepte les côte à côte, vérifiez si un pont étroit n’est pas sur votre trajet, ce qui pourrait vous obliger à rebrousser chemin ou effectuer un large détour.

Polaris a été le premier fabricant à proposer un modèle plus étroit. Can-Am, depuis cette année, propose aussi un Maverick 60 pouces (le XXC). Des rumeurs disent que la largeur maximale pourrait être rabaissée à 60 pouces, mais il est improbable que cette règle soit rétroactive, si elle devait être appliquée. Vous pouvez acheter des VCC sans crainte de ce côté-là.

Par contre, le fabricant Polaris a eu toute une surprise quand il a appris que son nouveau modèle, le Sportsman Ace, un « côte à côte » une place, n’était pas accepté dans les sentiers québécois. Contrairement à un quad, le Sportsman ne peut être enfourché et il n’entre pas dans la catégorie des côte à côte qui doivent « accueillir l’un à côté de l’autre le conducteur et au moins un passager ».

Le projet pilote relatif aux véhicules de type côte à côte a été mis en place en 2010, pour une durée de trois ans, renouvelable deux ans. Eh oui, cela veut dire qu’il y aura une modification de la loi VHR en 2015 pour intégrer le VCC dans la loi. Et les couloirs des ministères et de la FQCQ confirment cette information.

Cette modification permettra également de clarifier l’utilisation des pneus cloutés sur un véhicule hors route (VCC ou quad). Car pour le moment, il y a un vide juridique. Les conditions d’utilisation sont définies pour les automobiles, mais pas pour les VHR. Comme le souligne le communiqué de la FQCQ : « C’est donc par défaut que des agents en viennent à la conclusion que cela est illégal pour les véhicules hors route. »

Les côte à côte sont ici pour rester et s’intégrer au paysage. Les nouveaux propriétaires doivent juste se rappeler que leurs véhicules sont impressionnants et volumineux dans les sentiers. En face d’eux, ils peuvent se retrouver nez à nez avec un quad beaucoup plus fragile et exposé en cas de choc. Mais ce sont les propriétaires de quads qui donnent l’autorisation aux VCC d’utiliser les sentiers fédérés. À chacun son pouvoir. La solution est dans le respect… mutuel.

 

Par François Cominardi

 

Pas de mots clés

7433 vues au total, 1 vues aujourd'hui

  

Amis Facebook