Commentaires fermés

BRP attaque le marché d’entrée de gamme avec brio!

outlander

Lorsque j’ai vu les nouveaux Outlander de série L sur les brochures de présentation officielle de BRP, voilà près de six mois, j’étais heureux de constater que le côté esthétique était réussi. Par contre, le nouveau monocylindre de 450 cc me laissait un peu perplexe… Était-ce le moteur de 400 cc des années précédentes modifié à 450 cc? À quoi ressemblerait le comportement routier?  Le confort? etc.

Une foule de questions tourbillonnaient dans ma tête et lorsque j’ai eu la chance de mettre la main sur l’un d’eux, j’ai immédiatement sauté sur l’occasion! Exactement celui sur lequel je me posais le plus de questions : l’Outlander L 450 DPS. Une nouvelle petite cylindrée maintenant offerte chez Can-Am, et ce, avec une direction assistée électrique. Le vénérable monocylindre de 400 cc qui emprunte beaucoup de pièces des bicylindres en V actuels sera probablement mis à la retraite sous peu!

Et que dire de la confiance absolue de BRP envers la série L qui est livrée avec une garantie complète de 5 ans! Oui, vous avez bien lu!  5 ans de garantie bumper à bumper,  comme dirait l’oncle Henri!  Une première dans l’industrie du quad!

La prise en main…

Assis sur l’Outlander L, je constate un air familier avec les autres quads de Can-Am, qui me met à l’aise. Il s’agit ici d’une machine 100 % Can-Am! Je mets le contact. Un beau tableau de bord minimaliste me dit bonjour et j’actionne le démarreur électrique pour la première fois. Le moulin de Rotax se met immédiatement en marche et me rappelle que celui-ci n’a rien à voir avec le 400 cc qui le précédait. La réponse est instantanée et le son est pas mal du tout. Comme tous les Outlander, le petit dernier a deux gammes de vitesses (High et Low) et est muni d’un embrayage CVT typique à la marque. Allez hop! c’est le départ!

L’essai

Bayou, Alain et Daniel se sont joints à moi pour cet essai et nous lui en avons fait voir de toutes les couleurs au petit Bombardier. Dès les premiers tours de roues, je suis impressionné par la puissance de ce petit moteur! En plus, le couple se fait sentir à bas régime jusqu’à plus de 7000+ tours/minute. La CVT est bien réglée et rend tous les chevaux disponibles pour les transférer aux roues. La direction assistée est très puissante, même un peu trop à mon goût, et me déconnecte un peu de ce que font les pneus avant, mais c’est vraiment faire un peu le difficile de ma part, car ça fonctionne très bien!

Bayou est en amour!  Il n’en a que pour le petit Outlander! Il n’en revenait tout simplement pas que le petit 450 se démenait de la sorte! C’est pas à dire, on a eu beaucoup, beaucoup de difficulté à lui soutirer les clés pour laisser les autres l’essayer.

Il est rare qu’un essai d’une telle machine d’entrée de gamme me séduise de la sorte. Aujourd’hui, presque tous les manufacturiers offrent des machines fiables. Donc, pour impressionner, une machine doit se démarquer du lot et c’est le cas du petit Outlander. Le moteur linéaire et puissant sur toute la plage est ce que l’on perçoit en premier, mais dès qu’on prend le premier virage, c’est un autre préconçu d’une machine d’entrée de gamme qui tombe à l’eau littéralement. BRP n’a pas négligé la tenue de route de ce petit dernier de la gamme. Cette combinaison rend le petit 450L un vrai charme à piloter et on ne se croit pas à bord d’une machine économique, et ce, pas le moins du monde. Ça, chers quadistes, c’est le plus important!

Châssis et suspensions

La suspension est pile-poil et bien calibrée, si bien que nous n’avons même pas pensé l’ajuster tellement la stabilité était au rendez-vous! Un comportement digne de ses grands frères! BRP n’a vraiment pas manqué son coup! Ça fait un bail que je n’ai pas eu autant de plaisir avec une petite cylindrée! Certains se rappelleront les machines des années 90 qui étaient plus légères et maniables et s’y retrouveront. L’ensemble châssis et suspension est un pur délice! Le seul petit bémol est le train de roulement bruyant qui semble être courant chez BRP, mais qui est tout à fait endurable selon l’oreille du pilote.

Le moteur

« Eh bien, BRP n’a pas chômé!  Ce moteur d’entrée de gamme répondra à la demande des plus exigeants! »

Le moteur! Quelle belle surprise! Rotax possède des années d’expérience avec les monocylindres de 450 cc et cela se fait sentir dans notre petit Outty! Je suspecte d’ailleurs que ce petit est né d’un croisement avec le moteur d’un GS450 de BMW tellement il lui ressemble physiquement. Lorsque l’on jette un coup d’oeil aux spécifications, on peut facilement tomber dans le panneau. Les 38 chevaux annoncés peuvent sembler peu selon les standards de Can-Am, mais croyez-moi, ils sont tous là!  L’injection d’essence est parfaite, un dosage fluide avec une réponse instantanée à la moindre demande du pilote. « Eh bien, BRP n’a pas chômé!  Ce moteur d’entrée de gamme répondra à la demande des plus exigeants! »

L’esthétique

Can-Am a toujours fait de belles machines à mes yeux et c’est aussi le cas avec le « L ». La ligne est incontestablement Can-Am avec une touche unique dans ce cas-ci : les phares avant surdimensionnés qui, eux, procurent un éclairage correct et fonctionnel. Les feux arrière sont tout aussi réussis et font penser à un croisement du Renegade et de l’Outlander G1, fonctionnels et très visibles. Les porte-bagages, par contre, évoquent la nature économique de la série L et n’ont pas l’air solides comme le reste. L’ensemble est quand même bien réussi et la qualité d’assemblage des panneaux est excellente.

Les plus :

- La tenue de route! Wow! Bravo BRP!
- Le moteur : BRP a-t-il truqué notre machine d’essai? 38 chevaux pur-sang, ouais!
- Le look typique Can-Am : on a bien aimé!
- Garantie COMPLÈTE B.E.S.T. de 5 ans sans frais supplémentaires!
- Consommation d’essence… ce petit moteur n’est pas du tout gourmand.
- Vous ai-je dit que le moteur est tout simplement divin!

Les « maux » de la fin…

Des machines parfaites, y’en a pas!  Et l’Outlander L 450 DPS n’y fait pas exception.

Le train de roulement est vraiment bruyant. Notre machine d’essai était flambant neuve. Il est donc possible qu’après une période de rodage, elle devienne un peu plus silencieuse.
La direction assistée l’est juste un peu trop, rendant la conduite à haute vitesse un peu imprécise. Un mode d’ajustement comme les autres Outlander serait une grande amélioration.
L’absence d’un treuil de série. Un must pour tout quad (disponible en option).

Notre trop courte journée avec l’Outlander L nous a confirmé que c’est une machine enjôleuse qui répond sans broncher aux demandes de pilotes d’expérience ou les débutants à leurs premiers tours de roues. La série L de Can-Am remplace l’Outlander 400, une bonne machine, mais qui commençait à dater vu qu’elle n’avait pas été revue en 2012 comme le reste de la gamme et conservait beaucoup de caractéristiques de la plateforme G1 qui datait, elle, de 2006.

Par Marc-André Quessy
Éditeur de Quadiste.net

478 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Amis Facebook