Commentaires fermés

5 résolutions pour le Nouvel An, version pilote!

Pierre Drapeau - 5 résolutions du Nouvel An, version pilote !

En ce début d’année, j’ai pensé faire une récapitulation d’erreurs communes et de vous présenter les solutions sous forme de résolutions. Donc, à partir de cette année…

1- Je m’assurerai de bien planifier mon vol au niveau météo et NOTAM
Une belle météo à l’aéroport de départ ne garantit pas que ce sera la même chose en route ou à destination. Il peut aussi arriver qu’une aide à la navigation soit en panne ou relâchée pour entretien ou qu’une piste et une voie de circulation soient fermées à l’aéroport de destination. Pour trouver toutes les informations de vol qui peuvent influer sur votre vol, rendez-vous au site de planification de vol de NavCanada (www.plandevol.navcanada.ca), qui permet de consulter la météo et les NOTAM pertinents. On peut aussi utiliser les services des spécialistes de l’information de vol du Centre d’information de vol de Québec à 1-866-GOMÉTÉO pour obtenir un briefing complet ou complémenter l’information obtenue d’autres sites.

2- Je tiendrai mes publications et données GPS à jour
Votre GPS ne sera fiable que s’il est à jour. Il est très désagréable d’apprendre qu’un espace aérien de classe F a récemment été modifié en recevant une contravention… Donc, si vous décidez de ne pas utiliser les dernières mises à jour de votre GPS, il faudra vous assurer que vos publications papier soient, quant à elles, à jour. De plus, il est important de vérifier les NOTAM pour vérifier toute modification aux publications qui peuvent survenir entre les dates de publications.

3-Mes communications sur les fréquences radio seront claires et concises
Combien de critiques sont adressées aux pilotes qui parlent pour ne rien dire sur les fréquences. Un vieux dicton dans le contrôle aérien dit : « Engage brain before keying the mike! ». En français, ça donne à peu près : « Pèse tes mots avant de peser sur le micro! » Entre autres, pour les rapports de position, il faut utiliser des points reconnus ou des distances et azimuts d’un aéroport ou d’une aide à la navigation. Ainsi, tous reconnaîtront plus facilement la position d’un avion qui se rapporte à « 15 milles au nord-ouest de Lachute » qu’un autre qui se rapporte au-dessus de Lost River…

4- J’établirai le contact initial avec le contrôle aérien AVANT de pénétrer dans son espace
On doit établir le contact radio avec le contrôle aérien responsable pour pénétrer dans un espace aérien de classe D et obtenir une autorisation pour évoluer dans l’espace aérien de classe C. Donc, il faut se donner une marge de manœuvre libérale pour établir le contact initial avec la tour ou le terminal, ou s’assurer d’un plan B pour demeurer à l’écart. De plus, il est obligatoire, pour tout pilote désirant évoluer dans les espaces aériens de classe C et D de Montréal, Québec et Ottawa d’obtenir un code transpondeur discret. On peut obtenir celui-ci au 1-877-YUL-CODE.

5- Je m’assurerai que mes connaissances sont à jour
La loi nous demande d’assister à une mise à jour reconnue de connaissances tous les deux ans afin de maintenir nos privilèges de licence. Rien ne nous empêche d’assister sur une base plus régulière à ces mises à jour ou de mettre à l’horaire chaque année une session de vol supervisée par un instructeur afin que nos réflexes demeurent bien aiguisés.

Je vous offre mes meilleurs vœux pour la nouvelle année 2014 et plein de vols remplis de belles expériences!

Par Pierre Trudeau
drapierre@yahoo.com

Pierre Drapeau - 5 résolutions du Nouvel An, version pilote !

363 vues au total, 0 vues aujourd'hui

Amis Facebook